Mentions légales

Ce site est édité par :



​Didier Michaud

Cabinet Zenithude

47 avenue du Général de Gaulle

33500 Libourne



Entreprise Individuelle

Siret : 512 878 281 00025



Déclaration d'activité de formation

Enregistrée sous le numéro 72 33 08623 33



Tel : 05 57 50 24 52 / 06 82 85 79 62

E-mail : contact@zenithude.com



Les sites www.zenithude.net, www.zenithude.com, www.cabzen.info, www.relaxation-bio-dynamique.info et

www.french-massage.info ainsi que tous leurs composants sont la propriété de Didier Michaud. Il se réserve le droit de modifier à tout instant les sites précités. Il vous est donc conseillé de consulter régulièrement la dernière version en vigueur.



Directeur de la publication : Didier Michaud


Le contenu du site respecte les lois en vigueur et notamment :
- La loi sur la liberté de la presse de sorte qu'aucun écrit, image ou son à caractère diffamatoire, raciste ou révisionniste ne sera mis en ligne ;
- Conformément à l'article 227-24 du code Pénal relatif à la protection des mineurs, aucun message à caractère violent, pornographique ou portant gravement atteinte à la dignité humaine susceptible d'être vu ou perçu par un mineur ne sera mis en ligne ;
- Aucune reproduction d'une œuvre protégée ou d'une marque sans l'accord de son auteur, de ses ayants droit ou de son titulaire ne sera mise en ligne ;
- Conformément à la loi LCEN en date du 22 juin 2004, un droit de réponse est ouvert à toute personne nommée ou désignée sur le site. La demande doit être faite au directeur de publication au plus tard dans les trois mois de la mise à disposition du public du message justifiant cette demande. Cette insertion est gratuite et se fera dans un délai de trois jours de la réception de la demande, mais ne pourra en aucun cas dépasser deux cents lignes.


Loi informatique, fichiers, libertés et protection des données personnelles : les utilisateurs des sites précités sont tenus de respecter les dispositions de la loi informatique, fichiers et libertés, dont la violation est passible de sanctions pénales. Ils doivent notamment s'abstenir s'agissant des informations nominatives auxquelles ils accèdent, de toute collecte, de toute utilisation détournée et, d'une manière générale, de tout acte susceptible de porter atteinte à la vie privée ou à la réputation des personnes.


Limitation de responsabilité : Didier Michaud ne pourra en aucun cas être tenu pour responsable de tout dommage direct et/ou indirect résultant de l'utilisation faite par l'utilisateur du site et/ou de toute information qu'il contient. De même, les sites précités peuvent renvoyer l'utilisateur à d'autres sites internet par le biais de liens hypertextes ayant reçus l'approbation de leurs destinataires. Didier Michaud ne saurait être en aucun cas responsable du contenu de ces sites.



Réalisation : les sites précités ont été réalisés par Didier Michaud


Fournisseur d'hébergement : wix.com


Droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données .

CADRE LEGAL DU MASSAGE BIEN-ETRE :

Dans un arrêt rendu le 29 juin, la Cour de Cassation estime que, depuis la rédaction de l’article L. 4321-1 du Code de la santé publique issue de la loi du 26 janvier 2016, le massage bien-être ne relève pas de la compétence exclusive des masseurs-kinésithérapeutes.

Le Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes avait porté plainte contre Madame X. pour exercice illégal de la profession de masseur-kinésithérapeute. Il était reproché à cette dernière de pratiquer des massages de bien-être sans être titulaire du diplôme de masseur-kinésithérapeute. Le 20 juin 2018, le juge d’instruction a rendu une ordonnance de non-lieu. L’Ordre des kinés a fait appel.

Le 15 mai 2020, la Cour d’appel de Paris a confirmé la décision du juge, considérant que la loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016, modifiant l’article L. 4321-1 du Code de la santé, ne faisant plus référence au massage, a retiré du monopole des masseurs-kinésithérapeutes les massages de bien être à visée non thérapeutique.

Pour rappel, le Code de la santé publique prévoit que «La pratique de la masso-kinésithérapie comporte la promotion de la santé, la prévention, le diagnostic kinésithérapique et le traitement : 1° Des troubles du mouvement ou de la motricité de la personne ; 2° Des déficiences ou des altérations des capacités fonctionnelles. (…)»

Pas de charges suffisantes

Le 29 juin 2021, la Chambre criminelle est donc venue conforter cette décision. Selon elle, la loi du 26 janvier 2016 doit s’analyser «en une loi plus douce» s’appliquant aux infractions commises avant son entrée en vigueur (C. pén., art. 112-1). Ce texte ayant exclu du monopole d’exercice des masseurs kinésithérapeute les massages de bien-être, il n’y a donc pas à l’encontre de Madame X. «de charges suffisantes de s’être livrée à l’exercice illégal de la profession de masseur-kinésithérapeute», en conclut la plus haute juridiction de l’ordre judiciaire.

«En l’état de ces seules énonciations, et dès lors que la loi du 26 janvier 2016, en supprimant toute référence au massage dans l’article L. 4321-1 du code de la santé publique, a clairement redéfini le champ d’intervention exclusif des masseurs-kinésithérapeutes, sans qu’un décret d’application fût nécessaire en la matière, la chambre de l’instruction a fait l’exacte application des textes visés au moyen», peut-on ainsi lire dans cet arrêt.

Arrêt n°910 du 29 juin 2021 (20-83.292)